Togo : l’association Afrique Eco 2100 invite les journalistes à s’approprier la problématique des changements climatiques

 

Une rencontre d’échange et de partage d’expériences des journalistes sur   « l’amélioration de la communication en matière de lutte contre les changements climatiques », s’est tenue ce samedi 15 mai 2021 à Lomé.

Cette initiative de Afrique Eco 2100, le Lobby des citoyens pour le climat (LCC-TOGO) et l’Association des jeunes engagés contre les changements climatiques (AJECC) en collaboration avec l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Initiative jeunesse de lutte contre les changements climatiques, rendue possible grâce au soutien financier du gouvernement du Québec, et qui s’inscrit dans le cadre du projet d’éducation et sensibilisation de la jeunesse francophone à la lutte contre les changements climatiques, a pour objectif d’amener les journalistes à communiquer et à s’apprivoiser la problématique des changements climatiques.

Il était également question au cours de cette rencontre d’inviter la jeunesse francophone à s’engager dans la lutte contre les changements climatiques.

Pour Edem Dadzie, journaliste et président de l’association Afrique Eco 2100 et coordinateur du projet d’éducation et de sensibilisation de la jeunesse francophone à la lutte contre les changements climatiques, la présente rencontre vise à amener la jeunesse francophone à s’engager dans la lutte contre les changements climatiques.

« C’est un projet qui vise à réveiller en quelque sorte la jeunesse francophone, parce qu’on a écouter quelqu’un dire ici qu’ils sont allés à une conférence sur le climat et qu’il y avait plus d’anglophones alors que l’événement était destiné aux francophones. Donc on sent que la jeunesse francophone n’est pas très engagée, parfois à cause de la barrière linguistique parce que l’anglais est très utilisé à ce niveau là. Mais, vous savez, nous les pays africains, nous sommes très vulnérable aux changements climatiques et les pays anglophones en général. Donc si nous ne prenons pas des dispositions pour que la jeunesse qui est l’avenir puisse s’engager dès maintenant, l’avenir n’est pas garanti. Donc il faut sensibiliser, il faut éduquer, il faut amener les jeunes surtout à s’engager. Les journalistes jouent un rôle important dans la sensibilisation, dans l’information, dans l’éducation, dans l’apport de la bonne information. Donc on ne peut pas faire économie d’impliquer les journalistesbm dans cette lutte », a laissé entendre Edem Dadzie, coordonnateur du projet.

Notons qu’il est prévu le 22 mai prochain une causerie débat des jeunes sur les changements climatiques, sous le thème : « climat et biodiversité, la jeunesse francophone face à ses responsabilités ». Une initiative qui s’inscrit dans le cadre de la journée internationale de la diversité biologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *