Suspension des élections consulaires : les magouilles de Méba mises à nue, jubilation à l’ATOE.

 

Les élections consulaires à la Chambre du Commerce et de l’industrie du Togo (CCIT), qui étaient initialement prévues pour le 20 novembre prochain sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Cette information qui est tirée de l’arrêté ministériel n° 043/MCIDSPPCL/SG, du ministre en charge du secteur, le col Kodzo Adédzé signé le 02 septembre dernier vient confirmer les nombreux doutes et les innombrables irrégularités dont était victime ce processus décrié par certains acteurs depuis quelques temps.

La présente décision fait suite à un certain nombre de contestations soulevées par des associations professionnelles et certains opérateurs économiques, par rapport au non-respect des conditions d’établissement des listes orales dans chaque préfecture ou sous-préfecture, et enfin la mutation de certains agents du ministère de l’administration territoriale, membres des commissions d’établissement des listes électorales.
L’arrêté ministériel vient porter un coup dur à l’actuel président de la CCIT, Germain Essohouna Meba, candidat à sa propre réélection, et en conflit ouvert avec l’association togolaise des opérateurs économiques (ATOE), où l’on crie à une victoire d’étape. Il suspend le processus car  » soucieux de l’organisation d’élections consulaires inclusive, transparentes et régulières « , lit-on dans la décision.

Une chose est évidente, Germain Meba de jour en jour, perd du poids et des alliances, et se met dans la posture de quelqu’un qui est prêt à tout pour conserver son pouvoir, quitte à sombrer du côté obscur.

Dans une récente sortie, l’atoe a balayé du revers de la main, preuve à l’appui, ses innombrables accusations, discriminations, calomnies et dénoncé des actions visant à fausser le jeu démocratique à la chambre, en l’occurrence en nommant des proches et fidèles aux commissions d’établissement des listes électorales.
Cet arrêté ministériel vient donner raison à l’atoe, ainsi qu’au patronat également floué par le président de la CCIT dans sa tentative de garder le pouvoir à tout prix.

Malgré les instructions de son ministre de tutelle, Germain Meba s’était mué dans un entêtement sans précédent dans le dossier de délivrance des cartes de ressortissants aux membres de l’atoe disposant de demandes visées et se retrouve aujourd’hui lâché.

L’homme dont le bilan de l’exercice écoulé de 2019 a connu une nette regression par rapport à 2018 ( plus de 600 millions de bénéfices en 2018 contre seulement 100 millions en 2019) et dont les états financiers sont légitimement soumis à un doute fait face aujourd’hui à une amère pilule.
Est-ce la fin d’une époque? L’arbre qui va être déraciné ne verrait-il pas l’orage qui de prépare à l’horizon?
Une chose est sûre, Germain Meba semble plus que jamais proche de la fin et n’a pas fini de livrer des informations sur sa mauvaise gestion et ses dérives totalitaires.

L’arrêté du ministre Kodjo Adédzé salué par bon nombre d’acteurs du secteur vient recentrer la démocratie et la transparence au de la chambre consulaire et les prochaines parutions de votre journal reviendra sur le bilan de l’exercice écoulé de l’actuelle équipe dirigeante de la CCIT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *