L’ÉCONOMISTE KALIF NADIM ÉLOGE LE FRANC CFA, S’INSURGE CONTRE LE PROFESSEUR KAKO NOUBUKPO, REGRETTE LA TVT

 

Par YAWO KLOUSSE
le 22 février 2019
ar7media.com

22 février 2019, lors du colloque organisé par la SOLA (Solidarité Lorraine Afrique) au palais de justice de Lomé, j’ai rencontré le grand économiste de notre pays KALIF NADIM. Tenant en main une canne, l’homme, visiblement vieilli n’a rien perdu de son éloquence et de ses convictions. En cheminant avec lui vers le réfectoire, j’ai profité pour lui poser quelques questions.

Monsieur KALIF, serez vous présent à la manifestation qu’organise le front ANTI CFA SECTION TOGO demain samedi 23 février 2019 ?

Réponse : Non

Les africains veulent se défaire du franc CFA qu’en pensez vous ?

Réponse : le franc CFA est la meilleure monnaie qui offre une stabilité financière aux pays utilisateurs

Question : Le franc CFA est une monnaie coloniale. L’Afrique indépendante doit disposer de sa propre monnaie

Réponse : il pique une colère vive. Le portable que tu tiens, les vêtements que tu portes, tes chaussures c’est pas coloniale ?

Le seul problème qu’il trouve est la dévaluation en 1994 du franc CFA sans mesure d’accompagnement.

Il se dit prêt à affronter le professeur KAKO lors d’un débat et regrette que la TVT se refuse de l’inviter pour éclairer l’opinion.

La fermeture de la télévision LCF est un grand coup pour lui car c’est son canal préféré d’interventions.

A la fin du colloque je l’aborde dans les couloirs. Il ajoute : en 1983 j’ai proposé l’Afro ou le cauris comme monnaie africaine. Si nous avons des voleurs à la tête de nos Etats, la fin du franc CFA n’apportera rien. Il faut d’abord une bonne gouvernance en passant par une gestion rigoureuse des ressources de l’Etat, la redistribution etc…

Visiblement la fin du franc CFA n’est pas pour demain. Car en tout cas nous avons aussi notre part de responsabilité. Prêt pour la révolution, la lutte continue pour la restructuration profonde de l’Afrique. La société civile a du pain sur la planche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *