CET ADMINISTREUR M’INSULTE ET ME SOMME D’ALLER SUR LE POTEAU DE SUPPLICE PARCE QUE J’AI DÉFENDU LES 17 FEMMES SUSPENDUES DU GRAND MARCHÉ D’ADAWLATO

 

Par Yawo KLOUSSE
Lomé, 27 juillet 2019
ar7media.com

Voici la copie coller traduisant l’exactitude des propos tenus par l’administrateur d’un groupe whatsapp en lisant nos confrères du site d’information TOGO ACTUALITÉ.
Nos confrères en effet écrivaient ce qui suit :

Chers lecteurs, suite à la publication de cet article titré_ *ABUS DE POUVOIR : LE DIRECTEUR DU GRAND MARCHÉ D’ADAWLATO SUSPEND 17 FEMMES D’ACTIVITÉS,* le journaliste vient d’être informé par son Directeur de Publication que le Directeur du marché souhaite le rencontrer la semaine prochaine. Quoi qu’il advienne, nous vous tiendront informé

L’administrateur écrit en gras et en ces termes :

{😎 *Donc quand vous écrivez n’importe quoi sur les gens sans réfléchir, vous avez aussi peur?? La personne dit qu’elle voudrait simplement te rencontrer et tu alertes la toile comme si on avait écrit ça ensemble. C’est ici on voit qui est garçon ! Va écouter et tu diras le nom de celui qui t’avait dit que l’autorité du grand marché abuse du pouvoir*}

Ma réponse était la suivante :

{On ne raisonne pas de cette façon monsieur, on peut ne pas être d’accord sur les contenus d’un article, pour celui qui connaît bien les règles en la matière, les voies de recours sont nombreuses, droit de réponse. …. le paradoxe est qu’on invite le journaliste. Il a toujours fallu un dénonciateur pour qu’une certaine justice soit rendue. Votre raisonnement heurte les bonnes consciences et ne participe pas à la compassion de nos chères mamans, j’ai honte c’est dommage}

Après cette réponse la plate forme est restée tout l’après- midi silencieuse. L’administrateur loin de présenter ses excuses commence par envoyer les articles des mêmes journalistes qu’il venait d’insulter.

QUELQUES LEÇONS

Sur les 161 personnes que compte la plate forme, personne n’a reagi. Une personne a quitté le groupe.
Parmi les animaux lorsqu’on attaque un, tous les autres s’en mêlent pour le sauver. Ici au 228 tu seras seule devant le peloton d’exécution, tes propres amis ou mieux encore tes frères te livreront au bourreau.

J’ai fait mon travail de journaliste, je ne suis pas un voleur ni un assassin. Je suis sorti d’une femme et quand coulent les larmes de nos mamans, j’ai sorti mon stylo pour les secourir.

La grande leçon c’est que tant que les togolais ne resteront pas solidaire entre eux, le chemin vers la démocratie restera toujours long.

À tous les martyrs du Togo, je dédie cette plume de TAVIO AMORIN

Ils ont la force, ils pourront nous asservir mais on ne tient les mouvements sociaux ni par le crime ni par la force. L’histoire est à nous et ce sont les peuples qui la font.
*Salvador ALLENDE*
*Tavio Ayao Tobias AMORIN*.

*Nous menons aujourd’hui un combat au Togo pour la libération effective de l’homme. D’aucuns nous ont demandé mais qu’est ce que vous avez à faire dans cette périlleuse aventure vous allez y laisser votre vie, vous n’êtes pas conscient Si je suis fou parce que je défends une cause pour que l’homme Togolais, une fois arrivé à l’extérieur puisse relever la tête et se sentir Homme libre, alors j’accepte ma folie et je l’assume en tant que tel. Je suis convaincu qu’ on peut tuer un homme mais on ne tuera jamais ses idées*

*TAVIO AMORIN*.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *